mercredi 7 mai 2008

Un calendrier mémoriel officiel…

Lien hypertexte (référence, site à visiter...) : Circ. 29 avr. 2008 relative aux commémorations de la traite négrière, de l’esclavage et de leurs abolitions

La circulaire du Premier ministre du 29 avril 2008 relative aux commémorations de la traite négrière, de l’esclavage et de leurs abolitions [1] adressée aux membres du Gouvernement, aux préfets de région et de département et aux recteurs d’académie, a pour objet de rappeler non l’existence d’une “journée de commémoration” mais d’un « jour des “mémoires de la traite, de l’esclavage et de leurs abolitions” ».

Ce jour a été institué par le décret n° 2006-388 du 31 mars 2006 fixant la date en France métropolitaine de la commémoration annuelle de l’abolition de l’esclavage — à la suite de la loi n° 2001-434 du 21 mai 2001 tendant à la reconnaissance de la traite et de l’esclavage en tant que crime contre l’humanité [2] L’article 1er de ce décret dispose : « En France métropolitaine, la date de la commémoration annuelle de l’abolition de l’esclavage est fixée au 10 mai ».

La commémoration nationale de l’abolition de la traite et de l’esclavage du 10 mai doit, lors des cérémonies publiques, respecter l’intitulé signifié par la circulaire : « mémoires de la traite, de l’esclavage et de leurs abolitions ». Ceci aurait deux objectifs : d’une part, il s’agit d’éviter une focalisation excessive sur l’abolition de l’esclavage (ou, effectivement, et plus justement, sur ’les abolitions’) pour embrasser l’histoire [3], et d’autre part, il s’agit de dissocier les cérémonies officielles des manifestations artistiques et culturelles qui auraient été préparées à cette occasion [4].

De plus, sur le site internet du Comité pour la mémoire de l’esclavage du ministère chargé de l’outre-mer devraient être recensées les diverses manifestations organisées, au moins à titre officiel ou soutenues par les collectivités publiques. L’enjeu est sans doute de réactiver quelque peu ce site [5].

La circulaire n’immobilise pas le temps sur cette seule date du 10 mai ; d’autres dates commémoratives qui correspondent à des situations géographiques différentes de celles de la métropole et qui peuvent répondre à d’autres thématiques spécifiques ont pu être retenues. Ainsi, la circulaire du 29 avril 2008 rappelle-t-elle que « le décret n° 83-1003 du 23 novembre 1983 relatif à la commémoration de l’abolition de l’esclavage fixe pour chacun des départements d’outre-mer et pour Mayotte une date annuelle de commémoration : le 27 mai en Guadeloupe ; le 10 juin en Guyane ; le 22 mai en Martinique ; le 20 décembre à La Réunion et le 27 avril à Mayotte ». Elle signale aussi que des associations originaires d’outre-mer organisent le 23 mai une journée commémorative en souvenir de la souffrance des esclaves [6]. Cette mention ferait-elle en sorte que la date du 23 mai se trouverait, officieusement plus qu’officiellement, reconnue au moins pour clore implicitement « la polémique sur le choix du 10 mai pour commémorer l’abolition de l’esclavage dans l’Hexagone ».

Toutefois, seul « le 10 mai est une journée nationale consacrée à l’histoire de la traite, de l’esclavage et de leurs abolitions » [7] — en métropole, aurait-il fallu peut-être ajouter.

Le choix de cette date n’empêche pas de célébrer aussi le 2 décembre qui est la « Journée internationale pour l’abolition de l’esclavage » [8] et le 23 août qui est la date choisie par l’UNESCO – depuis 1998 – pour la « Journée internationale du souvenir de la traite négrière et de son abolition » [9].

La circulaire du 29 avril 2008 revêt donc un certain intérêt, notamment en ce qu’elle répertorie les dates commémoratives ou mémorielles retenues aux niveaux international, national et local. Cependant, elle brouille les messages que portent ces journées en estimant que « la journée de commémoration du 10 mai, comme chacune des dates rappelées (…), contribue à l’unité et à la cohésion sociale de notre pays, en permettant notamment aux jeunes générations d’en connaître toute son histoire, dans le partage, en évitant d’occulter, de fragmenter, de limiter le champ chronologique et géographique, voire d’opposer des faits et des mémoires ».

Quant à la dernière phrase de la circulaire, elle détient une tonalité étrange en ces temps où la dissociation entre histoire et mémoire devient cruciale : « A ce titre, ces journées participent pleinement au calendrier français de la mémoire ».

Mais, quel est donc ce calendrier français de la mémoire ?

Notes :

[1] publiée au JO du 2 mai 2008.

[2] JO, 23 mai 2001.

[3] Cf. la mention des « lieux de mémoire de la traite et de l’esclavage » à l’art. 2 du décret de 2006.

[4] comme les exemples en sont donnés dans la circulaire : « Mémoire de l’esclavage », « Regards sur l’esclavage »…

[5] La dernière mention concerne (au 5 mai 2008) le rapport au Premier Ministre de novembre 2007 : « Mémoires de la traite négrière, de l’esclavage et de leurs abolitions ».

[6] La circulaire précise que « cette date rappelle, d’une part, celle de l’abolition de l’esclavage en 1848 et, d’autre part, celle de la marche silencieuse du 23 mai 1998 qui a contribué au débat national aboutissant au vote de la loi reconnaissant l’esclavage comme un crime contre l’humanité ».

[7] Souligné par Gk.

[8] en référence à la Convention pour la répression et l’abolition de la traite des êtres humains et de l’exploitation de la prostitution d’autrui en 1949

[9] en référence à la révolte des esclaves de Saint-Domingue qui a influencé le processus d’abolition de la traite négrière dans l’ensemble des colonies européennes

Droit cri-TIC ou Droit cri TIC

Cri TIC, cri-TIC en Droit. Cri-TIC de droit : critique du droit, droit de la critique, droit à la critique, droit critique.

La forme interrogative étant un des signes de l’esprit critique qui anime toute recherche et parcourt tout enseignement, ce site a pour objet, en quelques articles ou brèves, de faire part de questionnements, incomplets et inachevés, sur des thèmes diversifiés... en Droit certes, mais aussi à côté ou aux alentours du Droit.

Pr. Geneviève Koubi

Votre recherche

RSS 2.0 | Espace privé
Visiteurs par jour (cumul) : 4333 (3428726)